On a failli jouer à Fallout 764 minutes de lecture

Quand on aime le genre post-apocalyptique, on ne peut que se réjouir d’un jeu multijoueur dans l’univers de Fallout. En tout cas, Eliwenn était plutôt enthousiasmée par l’idée. Fallout 4 s’était révélé assez pauvre mais, une fois ses défauts digérés (la nullité de son système de dialogue, ses bugs typiquement bethesdiens et l’absence totale de charisme de ses personnages, par exemple), il était assez plaisant à parcourir. Fallout 76 sortant du même moule, elle voyait difficilement comment elle pourrait être déçue.

Puis le titre est sorti et les critiques ont toutes convergé vers une même conclusion : vide et bugué, il coûtait beaucoup trop cher pour ce qu’il offrait. Paf, la tuile. Dans l’esprit de beaucoup, Fallout 76 était mort-né. Mais c’était bien mal connaître Bethesda… Certes, ils codent avec les pieds, mais ça ne les empêche pas d’être persévérants. C’est ainsi que Fallout 76 est reparu avec Wastelanders, une nouvelle version polishée et améliorée (officiellement), forte d’un ajout non négligeable : les PNJ (ça fait drôle d’annoncer ça comme une petite révolution). Des dires de nombreux joueurs, le jeu est désormais bien meilleur, voire agréable à jouer.

Et voilà que ce Fallout 76 débarque sur le Xbox Game Pass PC, le catalogue de jeux par abonnement de Microsoft. Ça tombe bien : Eliwenn vient de renouveler sa souscription, prise d’une soudaine envie de retourner fendre les flots dans Sea of Thieves.

Impatiente de mettre enfin les doigts sur ce titre qui fait couler tant d’encre, elle lance l’installation. Elle a bien vu le seul et unique avis présent sur la fiche du jeu, indiquant qu’il ne fonctionne pas, mais elle ne se laisse pas décourager.
Ah, 75 Go. Il faut encore patienter une bonne nuit avant de s’y mettre mais peu importe. 12 heures plus tard, il est là, il n’y a plus qu’à cliquer sur “Lire” et c’est parti. Bon, en réalité, il faut relancer deux fois l’appli Xbox car le jeu la quitte sans pour autant se lancer, mais la 3ème fois est la bonne.

Enfin… presque. Car un message d’erreur indique à Eliwenn qu’elle ne dispose pas des autorisations nécessaires pour le multijoueur. Elle a passé des dizaines d’heures sur Forza Horizon via le Xbox Game Pass sans avoir le moindre problème mais soit. Elle quitte le jeu et le relance. Cette fois, c’est bon, ça passe. Enfin, pas tout à fait, car voilà qu’elle ne peut pas se connecter au serveur. “NoRegionPing” paraît-il… Mi-agacée, mi-amusée, elle fait une petite recherche sur Google. Elle découvre alors que le problème est assez courant et que, malgré la sortie du jeu sur le XBGP il y a à peine quelques jours, il y en a déjà plusieurs pages sur Reddit. Au milieu des messages de désespoir et de frustration, celui d’un joueur qui semble avoir trouvé une solution à base de copier-coller de fichier de configuration. Notre héros d’un jour avertit ses compagnons d’infortune : “il faudra faire la manip à chaque fois que vous voudrez jouer”. Bon, c’est mieux que rien. Eliwenn essaye et surprise ! Ça marche. C’est parti pour deux heures de jeu.

Du coup, c’est bien ou pas ?

En gros, si vous avez joué à Fallout 4, vous ne serez clairement pas dépaysé. Les environnements et les mécaniques sont similaires, les bugs aussi… A noter que la spatialisation du son est plus atroce que jamais : vous entendez cette femme à 50 mètres comme si elle était à côté de vous, tandis que la voix de la barmaid qui vous fait face semble provenir de l’autre bout de la carte. Du moins, jusqu’à ce que le volume de sa voix augmente subitement.

Le fonctionnement du SVAV est un peu déroutant au début puisque, multijoueur oblige, il ne ralentit pas le temps. C’est un coup à prendre. Enfin, côté social, les quelques joueurs croisés se sont montrés plutôt pacifiques.

Sinon, dans l’ensemble, c’est du Fallout 4 avec moins d’histoire. Alors qu’on est souvent très pris par la main quand on commence un jeu en ligne, ce Fallout 76 a plutôt tendance à laisser le joueur désœuvré. C’est assez vide et la carte semble bien petite…

Vous nous direz qu’en deux heures, on n’a rien vu, et vous aurez sans doute raison. C’est pour cela que, malgré cette première session plutôt fade, Eliwenn a eu envie de poursuivre l’aventure le lendemain.
Mais la technique du copier-coller ne fonctionnait plus. Elle n’a jamais pu relancer le jeu.

Les teammates Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *