Construire sa table de jeux de société soi-même !

Construire sa table de jeux de société soi-même !

La passion pour les jeux de société demande parfois des sacrifices… Choisir entre une table pour manger et une table pour jouer en est un. Heureusement, il existe une solution pour avoir le beurre et l’argent du beurre. Aujourd’hui, on vous explique tout ça !

L’idée de base de ce projet est simple : pouvoir jouer à un J2S confortablement pendant plusieurs heures, avec la possibilité de mettre la partie en pause le temps de se restaurer pour repartir de plus belle.

Tout d’abord, ce projet n’aurait pas pu voir le jour sans Ben de Board And Gamer. Un grand merci à lui ! Son article a été notre boussole dans le brouillard, pour nous qui ne sommes pas du tout bricoleurs. Toutefois, certains points nous ont posé question et nous avons donc décidé de détailler davantage le processus de construction ici. Bien sûr, si vous avez besoin de renseignements supplémentaires, n’hésitez pas à laisser un commentaire ou à nous envoyer un petit tweet !

Pour ce projet, nous avons eu besoin de :

  • une plaque en médium de 6 mm pour le fond de la table (que nous appellerons ici le « plancher »)
  • 3 planches en chêne de 10 cm de largeur pour les repose-poignets
  • environ 2 mètres de tissu en simili-cuir
  • des tasseaux pour soutenir le plancher et les repose-poignets
  • de l’huile de lin et de la colle à bois
  • Équerres, vis, patins adhésifs, pattes de fixation
  • une agrafeuse, une perceuse-visseuse et une scie.

La table originelle…

Premier objectif : trouver une table de grande dimension, capable de contenir le « coffre » à jeux de société. Elle doit remplir deux critères :

  • avoir un début de coffrage « naturel » (la structure de la table doit permettre d’apposer facilement le plancher.)
  • lorsque l’on installe la rallonge, les pieds de la table doivent rester immobiles (par exemple, celle-ci n’est pas adaptée).

Nous avons personnellement choisi cette table de chez But à la fois jolie, pas trop chère et remplissant nos deux critères.

La première étape était la plus simple : commencer à monter la table, en installant seulement les pieds et le coffrage. Le plateau reste dans le carton pour le moment !

Le plancher du coffrage

Ensuite, il faut préparer le plancher, l’élément essentiel qui accueillera nos futures parties de jeux. Pour cela, nous avons opté pour une plaque de médium de 6 mm d’épaisseur : un matériau bon marché, à la fois assez fin mais tout de même assez costaud pour supporter parfaitement le poids de tous nos jeux.

Montage de la table et installation du plancher en médium

Le médium est facilement trouvable dans n’importe quelle enseigne de bricolage. Pour ne pas nous embêter, nous avons fait faire la découpe directement en magasin.

Afin de le renforcer et de l’empêcher de s’affaisser avec le temps, nous avons ajouté deux tasseaux en-dessous, que nous avons fixés avec des équerres. Ainsi, nous étions certains que le plancher serait soutenu sur toute la longueur. Évidemment, pensez à utiliser un niveau lorsque vous fixez ces tasseaux, sinon votre plancher risque de ne pas être bien horizontal…

Ensuite, nous avons acheté du tissu simili-cuir chez Toto pour le revêtement du plancher (et celui des tasseaux de soutien pour les futurs repose-poignets, nous y reviendrons). Gros avantage de ce tissu : il se lave très facilement avec une éponge et un peu d’eau savonneuse.

Pour le fixer, nous avons utilisé un peu de colle à bois sur le dessus et l’avons agrafé sur le dessous.

A noter : comme le revêtement enveloppe le plancher, ce dernier gagne au moins un millimètre en longueur et en largeur. Il faudra donc y penser lorsque vous prendrez les mesures de votre plaque en médium ! Ce serait dommage qu’elle ne rentre plus dans le coffrage une fois le revêtement posé.

Les repose-poignets

Voici l’étape la plus longue du projet. Car finalement, ce sont ces repose-poignets qui rendent cette table « jeu de société proof ».

Pour cet usage, nous avons acheté des planches de chêne de 10 cm de large, que nous avons aussi fait découper en magasin.

Nous avons opté, comme Ben, pour un montage « en décalage » (voir photo 3 ci-dessous). En effet, la découpe des planches selon un certain angle nous effrayait au plus haut point et nous avons préféré aller au plus simple. Le cadre formé par les repose-poignets fait la même dimension que le plateau de la table, afin d’être quasiment invisible lorsque le plateau est en place.

Une fois les planches découpées, nous les avons poncées et traitées avec un mélange d’huile de lin et d’essence de térébenthine (50/50) afin de les nourrir et de les protéger. Nous avons passé 3 fines couches de ce mélange, en attendant 2 jours entre chacune.

La pose des tasseaux de soutien a été la partie la plus délicate. En effet, les repose-poignets ne peuvent pas reposer uniquement sur le cadre de la table, ce ne serait pas assez stable. Il a donc fallu installer des tasseaux qui viennent s’appuyer sur le plancher et soutenir les planches de chêne.

Ces tasseaux sont fixés aux repose-poignets, mais pas au plancher. Une fois en place, l’ensemble est bien calé, ce n’était donc pas nécessaire.

Deux conseils pour la pose :

  • comme vous pouvez l’apercevoir sur nos photos, nos tasseaux de soutien sont en fait constitués de 2 tasseaux. Un petit, vissé au repose-poignets, et un plus haut, fixé au premier tasseau. Nous avons fait ce choix car la hauteur entre le plancher et les repose-poignets était de 8,2 cm. En utilisant des tasseaux aussi hauts, nous aurions été obligés d’utiliser des vis très longues avec des têtes de vis bien trop larges. Cette méthode nous permet donc d’utiliser des vis plus petites.
  • les planches étant prévues pour être positionnées « en décalage », nous avons fixé les tasseaux pour qu’ils soient en décalage inverse des planches (vous pouvez les voir dépasser sur la seconde photo). Ainsi, les tasseaux sont calés dans un sens et les planches dans l’autre, ce qui ajoute de la solidité à l’ensemble.

(Comme vous pouvez l’observer sur la troisième photo, nous avons utilisé un dessous de plat en guise d’équerre. Cela vous donne une bonne idée de notre niveau en bricolage.)

Finalisation

Une fois que nous avons vérifié que les repose-poignets se positionnaient comme nous l’imaginions, il ne restait plus qu’à les envelopper dans du tissu et les fixer pour de bon. Pour le tissu, nous avons employé la même méthode que pour le plancher : nous avons encollé la face visible et l’avons agrafé par le dessous et l’arrière. Nous avons quand même dû poncer un peu les tasseaux sur les côtés pour qu’ils s’insèrent bien dans le cadre une fois le tissu posé.

Enfin, nous avons solidifié et solidarisé l’ensemble à l’aide d’équerres de chaise et de pattes de fixation. Nous avons préféré ne pas utiliser de tourillons comme Ben, d’une part car cela demande des compétences que nous n’avons pas, et d’autre part, parce que c’était incompatible avec notre système de « tasseaux croisés ».

La touche finale : le plateau !

Dernière étape : le plateau. Pour que ce dernier ne se balade pas sur les repose-poignets, nous avons installé plusieurs cales. (Notez que nous en avons aussi mis une dans le cas où nous utiliserions la rallonge de la table.)

Et voilà ! Désormais, plus jamais notre table ne sera bloquée par nos jeux de société ! Nous sommes extrêmement satisfaits du résultat, malgré les quelques défauts. En tant que novices du bricolage, nous ne pouvions espérer meilleur rendu.

Merci à tous ceux qui nous ont aidés à concrétiser ce projet car nous avions vraiment besoin de conseils. Nous espérons que cet article vous donnera envie de vous y mettre !

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaire de cet article ou bien sur Twitter !

A lire aussi

L’île des chats : un Tetris sauce matous

L’île des chats : un Tetris sauce matous

Un plaid, un chocolat chaud et Calico

Un plaid, un chocolat chaud et Calico

Le Seigneur des Anneaux : Voyages en Terre du Milieu tout confort

Le Seigneur des Anneaux : Voyages en Terre du Milieu tout confort

Mage knight : la vallée de mana

Mage knight : la vallée de mana

10 Comments

  1. Bonjour,
    Merci beaucoup pour cet article.
    Serait-il possible d’avoir les cotes des différentes découpes pour la table que vous avez utilisé?
    Merci.

    • Bonjour !

      Les côtes sont très spécifiques à la table que vous prendrez comme base.

      Pour la nôtre, le fond fait 147×78.
      Les tasseaux pour les repose-poignets font 8cm de haut.
      Pour les repose-poignets c’est 80×10 et 150×10.

  2. Merci beaucoup pour cette inspiration…que j’envisage très fortement de reprendre 😉
    Niveau 0 en bricolage, mais comme dirait Perceval, faut se lancer, sinon on ne progressera jamais.

    Je vais tenter l’incrustation de porte gobelet dans les reposes poignets

    • Bonjour !
      Il y a deux jeux différents : l’Île des chats (sur lequel nous avons écrit un article) et Descent Légendes des ténèbres (pour lequel un article arrivera d’ici peu !)

  3. Bonjour, votre table de jeu est superbe ! Pourriez vous indiquer quelle est le modèle de table vous avez utilisé svp ainsi que son prix d’origine? Merci

  4. Bonjour,
    Très belle réalisation!!
    Pourriez vous me donner la profondeur du coffre? et qu’elle est sa hauteur complète avec l’épaisseur de bois comprise? Avez vous assez de place pour vos jambes?
    Merci d’avance;

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

On a testé…

Tests express

C’est tout frais !

À côté

Catégories

Étiquettes