Sea of Thieves : Oh, riches héros de la mer…4 minutes de lecture

On parle assez peu de jeux multijoueurs en ligne sur ce site et pour cause, nous préférons généralement jouer côte à côte plutôt qu’avec un casque et un micro. Mais comme dirait l’autre, l’occasion fait le larron, et le Xbox Game Pass nous a permis de tester Sea of Thieves à prix mini.
Critiqué à sa sortie pour son manque de contenu, le jeu de pirates vient de recevoir une mise à jour majeure, l’Anniversary update. Voyons si ça valait le coup d’attendre…

Alors on fait quoi aujourd’hui dans Sea of Thieves ? Eh bien on part à la chasse au trésor et on coule des rafiots à coup de canon, pardi !
Seul ou en équipe jusqu’à 4, on sélectionne son bateau (du petit sloop à l’imposant galion) et c’est parti pour l’aventure sur une mer turquoise pleine de danger, entre forts et bateaux squelettes impitoyables ! Les avants-postes, disséminés ça et là sur la carte, proposent également de nombreuses quêtes contre quelques piécettes sonnantes et trébuchantes : cartes au trésor, livraisons, chasse aux squelettes ou attaque de navire. Les richesses que l’on ramènera de nos épopées pourront ensuite être vendues sur place pour acheter des modifications cosmétiques. Et attention, c’est important : UNIQUEMENT des modifications cosmétiques.

Nouveau sloop pour une nouvelle vie

C’est là l’une des principales spécificités de SoT. Dans un souci d’équilibrage, le studio Rare a fait le pari risqué de n’offrir aucune véritable progression dans le jeu. L’or amassé permet seulement d’acheter d’autres vêtements, une nouvelle proue, de jolies voiles ou des skins d’armes et d’outils. Ces changements sont purement visuels et n’ont aucune influence sur votre puissance. Lorsque vous débutez une nouvelle partie, vous choisissez un nouveau navire vierge, possédant le strict nécessaire, et vous devez vous équiper pour cette session en explorant les îles de l’archipel. Lorsque la partie se termine, votre cargaison est purement et simplement supprimée. Quatre types de ressources peuvent être collectées :

  • des boulets de canons, certains dotés de pouvoirs fort sympathiques, comme endormir vos adversaires ou jeter leur ancre
  • des planches pour retaper votre bateau après une escarmouche (ou une arrivée au port un peu trop précipitée)
  • de la nourriture, pour vous requinquer après un affrontement (requin-quer, haha, vous l’avez ?)
  • des appâts, car que serait un jeu sans pêche, je vous le demande.

Tous sur le pont !

Une fois sur la mer, l’équipage s’accorde pour manœuvrer le bateau. Il y a fort à faire : gérer l’orientation et la longueur des voiles, observer les eaux environnantes pour ne pas être surpris par un navire ennemi, charger les canons, veiller à ce que la cale reste sèche, consulter régulièrement la carte pour renseigner le pirate resté à la barre, se soûler au grog et vomir sur ses compagnons… Le petit sloop est idéal pour fendre la mer seul ou en duo puisque chaque équipement est accessible très rapidement. Très maniable et rapide, il est capable de fuir sans trop de difficultés. Il reste cependant très fragile et il vaudra mieux éviter les bateaux adverses, sous peine d’être transformé en repas pour les requins. Le brigantin est plus adapté aux équipages de 3 joueurs et enfin, le roi des mers, le galion, est un féroce navire pour 4, lent et lourd mais suffisamment puissant pour résister aux affrontements, voire les provoquer.

Lors de la création de la session, il est possible de laisser son équipage ouvert, ce qui permet à n’importe quel joueur de vous rejoindre et de partir fendre les mers à vos côtés. C’est toutefois avec des amis que le jeu sera le plus fun, évidemment.

Enfin, il est important de noter que Sea of Thieves n’est pas un MMO, dans le sens où il est plutôt rare de croiser d’autres joueurs. Si vous recherchez des combats maritimes grandioses, passez votre chemin. SoT est avant tout un jeu d’exploration, dans lequel vous passerez souvent de longues minutes à naviguer sans que rien ne vienne troubler votre voyage. Néanmoins, si vous voulez la bagarre, il est possible de dresser un pavillon spécial qui indique votre position à tous les autres joueurs connectés.

L’avis de Eliwenn

Peut-être avais-je très envie de vacances, mais c’est avant tout l’ambiance qui m’a attirée. Le ciel bleu, l’océan turquoise, le vent qui caresse doucement les voiles, la musique… J’ai passé des heures à naviguer seule ou à plusieurs sur ces eaux tantôt calmes, tantôt tumultueuses, luttant parfois contre de violents orages, en quête de fabuleuses richesses ! Dans les faits, on décroche rarement le pactole lors des chasses au trésor, qui rapportent finalement peu. Ça n’a pas d’importance. C’est un véritable plaisir de voyager d’île en île, pelle et boussole en main, pour trouver le lieu où d’illustres pirates ont enterré leur or. Je dois le dire, j’ai eu un vrai coup de cœur pour ce jeu et, j’avoue, j’ai souvent gonflé Foine pour une petite partie.

Pourtant, tout n’est pas rose, car Sea of Thieves est un jeu multijoueur en ligne. Sartre le disait déjà : “l’enfer, c’est les autres”, et cela se vérifie souvent dans les titres de ce genre. Qu’un galion vous poursuive, vous attaque, vous coule et vous vole votre cargaison alors que vous n’êtes qu’un petit sloop sans défense, c’est frustrant. Ça l’est encore plus quand votre bateau se fait envoyer par le fond gratuitement alors qu’il est amarré au large pendant que vous explorez tranquillement une île. Force est de reconnaître que la dimension sociale de Sea of Thieves n’apporte rien de positif. La présence des autres joueurs est à peine perceptible et la quasi-totalité des activités proposées émane de PNJ, les interactions avec les autres joueurs se limitant à des batailles au canon. Le jeu aurait sans doute été bien meilleur dans un format plus classique, en solo avec des IA, par exemple, et un mode multijoueur jusqu’à 4.

L’absence de réelle progression ne me dérange pas. Je suis une grande amatrice de rogue-like et j’aime cette idée de jouer par “courtes” sessions (comptez au moins une heure pour ramener un trésor ou deux). On se laisse facilement tenter par une petite partie un soir de temps en temps, sans prise de tête. Je ne pense pas que j’aurais payé le prix fort pour acquérir SoT mais il vaut aisément le coût d’un abonnement au Xbox Game Pass. Si vous cherchez un jeu dépaysant pour patienter jusqu’aux vacances, vous avez trouvé votre bonheur.

L’avis de Foine

Aaaaah… Sea of Thieves… Ce jeu, c’est un peu les montagnes russes. D’un côté, on peut passer une session parfaite. Tout se passe bien, on navigue au gré du vent, on ramène moult trésors… Bref, c’est impeccable. Le jeu possède une ambiance absolument parfaite. On prend plaisir à naviguer, pêcher, trouver des trésors. Bref, un sans faute… Si seulement parfois le jeu ne s’attelait pas à devenir un monument de frustration.

Car si tout peut bien se passer, on peut aussi passer une session en enfer. Entre le kraken qui vous bloque et détruit votre vaisseau sans crier gare, les autres joueurs parfois belliqueux qu vous pourchassent pendant des dizaines de minutes, les squelettes qui apparaissent au pif et détruisent votre vaisseau pendant que vous êtes au four et au moulin… Bref tout peut partir en sucette et la session devient une véritable purge.

En conclusion, on côtoie le fabuleux et le terrible dans le même jeu. Démarrer Sea of Thieves a ça de merveilleux que vous ne savez jamais ce qu’il va se passer… Mais vous ne savez pas non plus si vous allez passer un bon moment ou non. Heureusement, le jeu est souvent plus agréable qu’affreux. Mais sachez tout de même que l’enfer peut vous ouvrir bien grands les bras si vous vous attardez dans les fabuleuses mers de Sea of Thieves.

Les teammates Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *