Keep talking and nobody explodes : ça va péter chérie !

Keep talking and nobody explodes est un jeu indépendant développé par Steel Crate Games. Exclusivement multijoueur et coopératif, ce titre asymétrique met les joueurs dans la peau de… démineurs.

Le principe est simple. L’un des joueurs a devant lui une bombe qui explosera dans quelques minutes. Il ne devra son salut qu’à ses amis, les seuls à disposer du manuel de désamorçage. Bien sûr, ses amis ne voient pas la bombe. C’est donc à lui de décrire précisément ce qu’il voit pour que ses compagnons lui expliquent comment désactiver un à un chaque module de l’engin. Ce dernier peut compter jusqu’à 11 modules qui doivent être neutralisés en 5 minutes maximum.
Si vous trouvez que cela manque de challenge, vous pouvez pimenter la partie avec les “needy modules” : ils ne peuvent être désactivés et feront appel à vous de manière aléatoire durant l’opération.

Le manuel peut-être téléchargé librement sur www.bombmanual.com.  Pour l’instant, la version officielle n’est disponible qu’en anglais. Mieux vaut donc le parcourir avant votre première partie si vous ne voulez pas perdre un précieux temps à déchiffrer les explications.
Si certains modules se désactivent facilement, d’autres vous donneront du fil à retordre. Veillez donc à être bien préparé, d’autant que vous n’aurez droit à qu’à 2 erreurs maximum.

Deux modes de jeu sont possibles : le mode “campagne”, où la difficulté des niveaux est graduelle, et le mode libre, qui vous offre la possibilité de configurer vous-même la prochaine bombe (nombre de modules, temps, needy modules ou non et nombre d’échecs autorisés).

Notez que le jeu est compatible avec l’oculus rift.

Et puisqu’une image vaut mieux qu’un long discours, voici Keep talking and nobody explodes en action avec Willong !

 

L’avis de Foine

Si l’industrie des jeux AAA est un éternel recommencement, il est vraiment rafraîchissant de découvrir des petits jeux tels que Keep Talking.

 

Le concept est simple, presque simpliste, mais diablement efficace ! Mine de rien, on se retrouve à stresser devant son ordinateur ou le manuel. Et le stress étant communicatif, il est inutile de préciser que vous et votre partenaire allez peut-être finir à bout de nerfs et fuir tels un vulgaire meme.

 

Autre point positif du jeu : il ne nécessite pas beaucoup de temps. Là où certains jeux demandent un investissement pour être apprécié à leur juste valeur, Keep Talking propose du fun immédiat. Il ne vous suffi que de savoir lire… l’anglais. Et c’est bien là le seul vrai défaut du jeu pour le moment : les anglophobes ne pourront pas y jouer. Car même si votre niveau d’anglais vous permet de comprendre assez facilement l’anglais écrit, la pression et l’empressement qu’impose le jeu vous obligeront à faire sortir le Britannique qui sommeil en vous.

 

Au final, Keep Talking est un très bon jeu, pas cher, à la durée de vie presque infinie au vu de ses possibilités. Donc je ne sais pas pourquoi vous lisez encore ces lignes et que vous n’êtes pas en train de crier “Mais non, j’avais dis ‘rouge’ !” à un partenaire en sueur et au bord de la crise de nerfs.

L’avis de Eliwenn

Quel concept génial ! C’est ultra simple mais il fallait y penser. Un seul jeu est nécessaire, puisque les autres joueurs doivent simplement télécharger le manuel de désamorçage. Ensuite, c’est parti ! Vous avez 5 minutes maximum pour communiquer entre vous et découvrir comment désactiver l’engin. Et ce ne sera pas une mince affaire ! Lors de notre première partie, il ne restait plus que 6 secondes au compteur lorsque Foine et moi avons désactivé la bombe.

 

La tension et le stress sont bien là, mais cela reste très amusant. On se félicite de venir à bout de chaque module et chaque échec n’est qu’une bonne raison de refaire une partie. L’avantage est que chaque session peut ne durer 5 minutes. On ne rechignera donc pas à s’en faire une petite de temps en temps.

 

La durée de vie est colossale. Un même niveau du mode “campagne” change à chaque essai. Il est donc inutile d’espérer préparer la solution avant votre partie pour passer les niveaux les plus compliqués. (D’ailleurs, ça n’aurait pas grand intérêt). Si l’on ajoute à cela le mode libre, Keep talking and nobody explodes offre de très nombreuses sessions de jeu en perspective ! A 15 euros, ce serait dommage de s’en priver.

3 commentaires

  1. Lorna
    30 mai 2017
    Répondre

    Coucou,
    Keep Talking and Nobody Explodes est un puzzle game qui m’a beaucoup plu. J’étais vraiment stressée en jouant à ce jeu… Je n’arrêtais pas de me dire qu’on n’arriverait pas à désamorcer la bombe et qu’elle allait exploser. LOL.

    • Les teammates
      30 mai 2017
      Répondre

      En effet ! Kepp Talking est un des jeux les plus stressant auquel on ait joué ! Le pire c’est que les joueurs se mettent la pression entre eux ! Et c’est encore pire quand le manuel de la bombe est en anglais et que la personne qui le lit le comprend de travers !

  2. Lorna
    2 juin 2017
    Répondre

    MDR. Il nous est arrivé la même chose… un ami stressait tellement qu’il ne pouvait même pas lire ne ce reste qu’une ligne. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *