Divinity Original Sin, le RPG “trop” à l’ancienne ?

Divinity Original Sin, est un titre qui aura fait couler beaucoup d’encre. Préquelle de Divine Divinity, lui-même premier jeu de la saga Divinity, cet opus est une véritable promesse faite aux joueurs de RPG.

Financé via Kickstarter et ayant largement atteint ses objectifs (945 000 dollars obtenus pour 400 000 demandés), le développeur belge du jeu, Larian Studios, nous avait promis un retour aux sources. Une suite spirituelle de Baldur’s Gate dont tout le monde rêve.

Mais que vaut donc cet héritier du vieux RPG PC, et surtout, est-ce que vivre cette aventure en multijoueur est aussi agréable que de faire une partie de Dungeon et Dragon autour d’une table ?

A la base, le mode multijoueur de Divinity : Original Sin se veut similaire à celui d’un Diablo III. L’histoire peut se parcourir seul ou à 2 joueurs, en local ou en ligne, chaque joueur incarnant un personnage. Le joueur-hébergeur peut choisir de créer une partie ouverte à tous ou seulement à ses amis Steam, et il pourra facilement être rejoint.

Les deux joueurs peuvent également débuter une nouvelle partie ensemble. Ils se rejoignent alors sur l’écran de création de personnage et créent leur héros en même temps.

divinity original sin creation de personnage multi

Cela vous permet d’élaborer un duo complémentaire avant de vous lancer dans l’aventure. Et ce n’est pas peu dire, car Divinity Original Sin est très exigeant et pas toujours bien équilibré. Ainsi, un mage éprouvera beaucoup moins de difficulté qu’un personnage spécialisé dans le corps à corps. Heureusement, rien n’est jamais figé et DOS vous offre la possibilité de customiser votre personnage à votre guise au fur et à mesure de sa progression. En d’autres termes, rien ne vous empêche de transformer votre sorcier en spécialiste de l’attaque sournoise et votre chevalier en enchanteur. Retenez seulement qu’une équipe d’experts au corps à corps ne sera jamais aussi efficace qu’une équipe de mages. On espère que des ajustements sont prévus.

La création de personnage achevée, vous voilà largué sur une plage de Cyséal. Votre tâche est d’enquêter sur le meurtre de l’échevin Jake. Bien que tout le monde soupçonne sa femme infidèle, vous découvrirez vite que les choses ne sont pas si simples. Pour percer les mystères qui apparaîtront sur votre chemin, vous devrez utiliser au mieux vos capacités, vos talents et votre personnalité. Vous pourrez par exemple interroger le chien de la victime avec le talent “Ami des animaux”, mettre la main sur des indices en usant de votre furtivité ou faire parler des PNJ grâce à votre charisme. Et encore, ceci n’est qu’un tout petit échantillon des nombreux éléments de personnalisation à votre disposition.

Vous acquérez de nouveaux talents et capacités en gagnant des niveaux ou en endossant différents équipements. En revanche, la construction de votre personnalité est plus complexe. Celle-ci se constitue au fil de votre progression dans l’aventure et dépend de votre attitude face à certaines situations. Par exemple, si vous acceptez de suivre un groupe de gardes sans discuter à votre arrivée à Cyséal, vous gagnerez un point d’obéissance. Opposez un refus, et vous gagnerez un point d’indépendance. Chaque élément de personnalité vous fait gagner des bonus :

divinity original sin multijoueur

Ces points sont acquis par le biais de conversations, soit entre vos personnages, soit avec des PNJ. Il faut donc choisir soigneusement leurs réponses et ajuster leurs réactions pour modeler leur personnalité selon vos souhaits.

Les conversations sont un point central du jeu. Non seulement elles influencent la personnalité de vos héros mais elles vous donnent des informations essentielles sur les différentes quêtes. Il faut savoir qu’au contraire des RPG actuels, Divinity OS ne vous prend jamais par la main. Inutile d’attendre qu’une flèche apparaisse sur votre mini-map pour vous dire où aller. Vous devez donc interroger les PNJ avec soin. Et c’est là que le bât blesse du côté du multijoueur.

Le système de conversation est très mal conçu dans ce mode. Et pour cause, seul le joueur qui engage la conversation peut la suivre dans de bonnes conditions. L’autre joueur est obligé de la lire tant bien que mal dans le canal de discussion générale, au milieu des commentaires d’ambiance. De plus, rien ne lui indique que l’autre joueur a entamé une conversation. Il se retrouve donc souvent tenu de donner son avis dans une discussion qu’il n’a pas du tout suivie. Inutile de préciser que cela gâche profondément l’immersion.
Pour vous donner un exemple, voici ce que voit le joueur qui engage une conversation :

divinity mode multi

Et ce que voit l’autre joueur au même moment :

divinity dialogues passifs multijoueur divinity

Précisons que le message qui apparaît au-dessus de la tête des personnages ne s’affiche qu’une poignée de secondes. Suivre une conversation devient donc rapidement un calvaire. Les interactions entre les personnages sont pourtant essentielles ! Jouer en multijoueur à Divinity : Original Sin est donc loin d’être une partie de plaisir. Et même si certains mécanismes sont originaux et bien pensés, comme le fait de s’affronter à Pierre-Feuille-Ciseaux en cas de désaccord, cela ne fait pas oublier cette grosse lacune.

D’autres petits détails relatifs au multijoueur laisse penser que ce mode n’a pas été suffisamment creusé. On pense notamment à la gestion des compagnons, compliquée et particulièrement rigide. Tout d’abord, on ne peut gérer qu’un compagnon qu’on a soi-même recruté. Et encore, il faut que les 2 joueurs arrivent en même temps dans leur partie commune. Si le joueur qui n’héberge pas la partie arrive après, il ne pourra contrôler que son personnage. L’autre joueur se retrouvera alors avec deux compagnons (le maximum) sur les bras.  On se retrouvera donc à charger chaque partie deux fois de suite pour que tout fonctionne à peu près correctement.

Finalement, ces travers nous ont poussés à poursuivre l’aventure… chacun de notre côté.

  • Disponible sur PC et Mac depuis le 30 juin 2014
  • Prix : 35 à 40 euros
  • Testé sur PC

L’avis de Foine

Dommage. C’est le premier mot qui me vient à l’esprit quand je pense au multijoueur de Divinity.

Le jeu en solo est plein de bonnes idées ! Et, même s’il n’est pas parfait, le jeu est assez prenant pour vous faire vivre une quête épique, comme seuls les grand RPGs peuvent le faire.

 

Mais pourquoi, dans un jeu où les rapports entre les deux personnages principaux sont importants, les créateurs ne se sont pas donné la peine de faire un mode multijoueur qui soit tout simplement jouable !

 

Pour moi, rien que le fait que la personne qui ne déclenche pas le dialogue ne puisse pas réellement le suivre est une énorme lacune. Avec Eliwenn, étant l’un à côté de l’autre, nous pouvions nous dire ce que le PNJ disait. Mais pour des joueurs en ligne, devoir suivre les conversation sur un chat pollué par les interventions des autres PNJ est juste affreux. Si on ajoute à ça que vous devrez parfois participer à des conversations que vous n’avez pas suivies depuis le début… On perd beaucoup en immersion dans le jeu.

 

Bref, encore une fois, dommage. Dommage qu’un si bon titre en solo, avec une si bonne ambiance, tombe à l’eau comme un bloc de ciment en multijoueur car les créateurs n’ont pas pensé que, le ciment du multijoueur, c’est le partage. Et quand on ne peut partager l’aventure que difficilement, cela enlève tout le sel du jeu.

L’avis de Eliwenn

Il n’y a pas 36 façons de le dire : le multi de Divinity Original Sin est une vraie déception. Il y avait pourtant matière à produire quelque chose de très bon, dans un jeu où l’interaction entre les personnages tient une place centrale. On relève de bonnes idées : les caractéristiques développées au fil des situations ou les batailles de chifumi pour savoir qui aura le dernier mot, par exemple. Malheureusement, tout cela repose sur un système d’échanges bancal. On se demande d’ailleurs si les développeurs l’ont testé.

 

C’est bien simple, suivre une conversation que l’on n’a pas engagée implique de lire un texte qui n’apparaît que 3 secondes au-dessus de la tête des personnages. Pour peu que ce texte n’ait pas été traduit en français, comme c’est le cas d’une bonne partie du titre, vous allez vite être largué.

 

Divinity Original Sin est un très bon titre en solo, malgré ses imperfections et sa traduction inachevée et parfois douteuse (le chat Maxine devient un chien, le pluriel de “orc” est parfois “orcs”, parfois “orques”…). J’y ai déjà passé une trentaine d’heures et je compte en passer beaucoup d’autres. Mais le mode multijoueur est médiocre et impraticable en l’état. C’est vraiment dommage, car il manque peu de chose. Une mise à jour améliorera peut-être cela prochainement, mais pour l’instant, on ne peut que vous conseiller un bon Diablo III pour vous éclater en multi.

4 commentaires

  1. Hackatosh
    10 août 2014
    Répondre

    “le chat Maxine devient un chien” C’est voulu hein. Le maire est tellement idiot qu’il est persuadé que son compagnon félin est un chien. On peut d’ailleurs le signaler à Maxine qui le prend très mal.

    • Mandarine
      10 août 2014
      Répondre

      Ok, au temps pour moi ! J’avoue que la traduction m’a tellement déçue qu’une telle erreur ne m’aurait pas étonnée. Et même si le maire est idiot, je vois difficilement comment on peut prendre son chat pour un chien… Bref, je reste perplexe.

  2. Herlock
    24 novembre 2015
    Répondre

    Bonjour,
    Je viens de découvrir votre site, félicitations pour ce travail sur les jeux multi en local, qui se font malheureusement rare.

    Concerant Divinty Original Sins, je pense que vous n’avez pas fait la enhanced edition, et surtout les versions consoles qui permettent de jouer à 2 en écran splitté en local.
    Chaque joueur peut également faire ses choix et donc faire progresser indépendamment son personnage.
    Je vous invite à y jeter un oeil et/ou d’actualiser votre test 😉

    • Les Teammates
      24 novembre 2015
      Répondre

      Bonjour et merci ! 🙂 En effet, nous avons rédigé ce test peu de temps après la sortie de la première édition, mais il semble que l’enhanced edition ait amélioré quelques points négatifs. Si c’est le cas, c’est vraiment une bonne nouvelle, car Divinity Original Sin est un excellent titre en solo, et nous étions vraiment déçus de découvrir que le jeu en multi était une grosse galère.

      Si nous en avons l’occasion, nous testerons la nouvelle édition avec plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *