Age of Wonders 3 : un 4X entre Heroes of Might and Magic et Civ

Age of Wonders 3 est ce qu’on appelle un 4X : il mêle exploration, expansion,  exploitation et extermination, le tout dans un univers heroic fantasy.

age of wonders 3 multijoueur coop

Plus concrètement, le nouveau titre de Triumph Studio est un mélange de Heroes of Might and Magic et de Civilization. AOW 3 vous invite à étendre votre empire grâce à votre  peuple et à votre armée. Pour cela, vous agissez sur deux tableaux :

  • A l’intérieur de vos frontières d’abord.  Pour cela, vous construisez des bâtiments aux attributs variés, gérez votre production d’or, veillez au bonheur de vos citoyens et développez de nouvelles technologies.
  • Au-delà de vos frontières ensuite. Vos héros et vos armées doivent explorer le monde environnant afin de faire main basse sur les ressources avoisinantes et s’emparer des lieux ennemis.

Deux héros sont disponibles en mode campagne, mais vous aurez l’embarras du choix en mode scénario ou carte aléatoire : machiniste orc, belliciste nain, sorcier draconien, archidruide humain… Cette partie fait particulièrement penser aux RPG. Chaque race dispose de bonus liés à la nature du terrain. A cela s’ajoutent des pouvoirs spécifiques à sa classe. Votre héros disposera ainsi de plusieurs enchantements : attaques magiques, bonus conférés aux armées ou aux villes…
En combattant, il gagnera des points de compétences qui le rendront plus puissant, plus résistant ou lui donneront des compétences supplémentaires. Au cours de votre exploration, vous dénicherez aussi des objets magiques qui lui conféreront des bonus supplémentaires. Enfin, vous devrez gérer l’alignement de votre personnage. Certaines de ses actions le feront s’orienter vers le Bien ou le Mal, ce qui aura des conséquences sur vos négociations avec les autres joueurs.

Chacune de vos armées peut regrouper jusqu’à 6 unités. Celles-ci évoluent en gagnant de l’expérience. Au fil de la partie, vous acquerrez des unités plus puissantes en développant de nouvelles technologies.

Penchons-nous maintenant sur ce qui nous intéresse vraiment : le multijoueur d’Age of Wonders 3. Il est possible de jouer jusqu’à 8 en ligne, en tour par tour ou en simultané. Vous avez également la possibilité de jouer jusqu’à 8 en local en hot seat, c’est-à-dire au tour par tour sur le même écran.

Les cartes aléatoires sont entièrement paramétrables :

age of wonders 3 multi

L’IA compte 5 modes de difficulté : page, chevalier, seigneur, roi et empereur. Vous pouvez également définir le mode de combat (automatique, manuel ou au cas par cas), établir des équipes, limiter les tours dans le temps et d’autoriser ou non la victoire par alliés. Enfin, vous pouvez déterminer la quantité de ressources disponibles et de compétences de départ.

age of wonders 3 multi

  • Disponible sur PC
  • Sorti le 31 mars 2014

L’avis de Eliwenn

Ce Age of Wonders 3 me laisse une impression étrange. Ce n’est pas un mauvais jeu, mais je ne parviens pas à comprendre l’engouement qu’il suscite. Pour moi, il ne fait que reprendre les principaux mécanismes d’Heroes of Might and Magic et de Civilization, deux séries que j’adore, sans rien apporter. Finalement, j’ai l’impression qu’il n’a pas de “personnalité” propre, ce petit quelque chose qui le différencierait vraiment des titres similaires. Je précise que je n’ai jamais joué aux opus précédents d’AOW.

 

En fait, je pense que je n’ai pas compris où ce Age of Wonders voulait en venir. Pendant mes parties, j’ai vraiment eu l’impression d’être sur du HOMM. Sauf que les combats ne semblent pas être un élément très important du jeu. La preuve, il est possible de passer en “mode automatique”. Il est également impossible de faire de grandes armées. Vous êtes limité à 6 unités et ne pouvez absolument pas jouer sur le nombre. Si votre adversaire à développé des unités plus puissantes que les vôtres, vous n’aurez d’autres choix que de passer plusieurs tours à rechercher de nouvelles technologies pour créer d’autres unités et, enfin, parvenir à le battre. Un mauvais côté qui rappelle Civilization, où l’on passe parfois plusieurs tours sans rien pouvoir faire.

 

Pour avoir testé Age of Wonders 3 en multijoueur local, j’ai trouvé les parties plutôt ennuyeuses et manquant de relief. A vrai dire, il m’a surtout donné envie de ressortir HOMM 6.

 

L’avis de Foine

Sur le papier, on aurait du mal à jeter la pierre à Age of Wonders III.

Un mélange de Heroes of Might and Magic, saga dont je suis fan depuis de nombreuses années, et de Civilization, saga dont je suis fan depuis de nombreuses années (bis).

 

Pourtant dans les faits, le jeu ne m’a pas du tout accroché. Mais pourquoi ?

J’y vois plusieurs raisons.

La première c’est l’aspect graphique du jeu. Le jeu n’est pas moche, mais je trouve sa direction artistique sans relief. On a l’impression d’être dans un monde de fantasy avec de la couleur quand on regarde la carte, pourtant les personnages semblent bien ternes.

On a l’impression qu’il y a eu une hésitation entre prendre le parti d’un HOMM avec des couleurs un peu pétantes et un Civilization réaliste et donc bien plus sombre.

Mais le mi-chemin entre les deux donne un résultat qui ne me convainc pas du tout.

 

Deuxième raison : à vouloir combiner les deux grandes saga, on en perd finalement une bonne partie de l’intérêt des deux jeux.

Dans HOMM, on peut avoir une armée gigantesque avec des milliers voire dizaines de milliers d’unités si le cœur nous en dit. Ici nous n’aurons que des petits contingents que finalement on n’aura même pas cœur à faire combattre soi-même.

Dans Civilization, on aura à coeur de passer d’âge en âge et on pourra s’émouvoir de se dire qu’au début, tout ça n’était qu’un seul colon. Les possibilités de Age of Wonders sont bien moins importantes et finalement on n’a pas l’impression d’être aux rênes d’une civilisation.

 

Néanmoins le jeu, dans les faits, s’en tire très bien ! L’ajout de la diplomatie à HOMM est très intéressant et est vraiment agréable.

Mais Age of Wonders reste, pour moi, dans l’ombre de ses inspirations et j’ai donc du mal à lui attribuer tout le mérite qui lui revient.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *