Multiversus : Smash et Warner sont dans un bateau

Multiversus : Smash et Warner sont dans un bateau

Pour infos

  • Date de sortie28 mai 2024
  • Testé surXbox Series X
  • Dispo surPC, Xbox Series, PS5
  • PrixFree To Play
  • Modes multijoueursJcj et coopération en écran partagé, Jcj et coopération en ligne

Nintendo est une entreprise assez particulière dans le jeu vidéo. Le online Nintendo est une farce. Leur matériel est daté le jour même de sa sortie. Leur magasin en ligne est pire que la décharge de Night City. Et pourtant, quand Nintendo sort un jeu, il écrase souvent la concurrence du même genre. Par exemple, rares sont les jeux qui ont réussi à s’imposer en tant que « Mario Kart-like ». Évidemment, il y a parfois des exceptions, mais Mario Kart reste roi en son domaine.

Eh bien pour Super Smash Bros, c’est pire. Non seulement il y a moins de concurrence que pour Mario Kart, mais les adversaires sont encore plus timides. Bref, dans le genre du « jeu de combat de plateforme », il y a de la place. Et c’est cette place que va tenter de prendre Multiversus.

Warner, ton multivers impitoyable

Multiversus a une histoire un peu compliquée. Le jeu est sorti en bêta ouverte en juillet 2022, avant une sortie le 15 août. Enfin… c’est ce que tout le monde pensait. Car après une lente chute du nombre de joueurs, l’éditeur a annoncé qu’en fait, le jeu était toujours en bêta (alors même que du contenu in-game pouvait déjà être acheté) et que celle-ci prendrait fin en juin 2023, pour un lancement du jeu en 2024. Vous l’avez compris, Warner se paye un deuxième lancement en espérant faire mieux que la première fois. C’est donc fin mai 2024 que Multiversus sort de nouveau et c’est cette version que nous avons testée, en multijoueur local.

Smash avec un skin ?

Mais du coup, qu’est ce que Multiversus ? Oui, c’est un « Smash Bros-like » mais est-ce tout ? Dans le gameplay, on pourrait presque dire oui. Multiversus ressemble beaucoup à son modèle, mais il possède quand même quelques différences.

Déjà, l’univers déployé. Là où Nintendo a produit le cross over le plus ambitieux du jeux vidéo, Multiversus s’appuie sur les licences de Warner pour constituer sa liste de combattants. Les super-héros et méchants de DC côtoieront donc les gremlins, Samy de Scooby Doo ou encore Ricky et Morty.
Il se distingue également dans le gameplay. Ici, pas de bouclier pour vous protéger mais vous avez toujours l’esquive. Pas non plus d’objet à utiliser contre vos adversaires : les seuls éléments extérieurs qui viendront troubler les combats seront les pièges des différentes arènes.
Cependant, la vraie, la plus importante des différences avec Smash, c’est son modèle économique. Multiversus est un « Free to Play », c’est-à-dire que vous pourrez y jouer sans débourser un centime. Mais paradoxalement, cette gratuité a un prix : vous devrez charbonner pour débloquer le contenu du jeu. Au départ, vous n’aurez que Samy et quatre personnages disponibles temporairement. Comme dans League of Legends, ces combattants gratuits changeront régulièrement pour vous donner envie de tout débloquer. C’est donc en jouant que vous gagnerez de la monnaie in-game qui vous permettra d’acquérir les personnages pour toujours.

Mais du coup, ça se passe comment, le jeu ? Et surtout, ça se passe comment le jeu en multijoueur en local ?

Smasher, c’est mieux à deux

Quand on parle de Multiversus, on est obligé de parler de Smash Bros. C’est le point de comparaison obligatoire. Et Smash Bros, en multi local, c’est juste le top. Vous pouvez jouer jusqu’à 8 sur la même console ! Finalement, la seule limite, c’est le nombre de manettes que vous possédez. Multiversus lui est un peu plus « réduit » car vous ne pourrez jouer que jusqu’à 4. Après, soyons honnêtes et beaux joueurs : 4 c’est suffisant.

En revanche, là où Smash lui est réellement supérieur, c’est sur les options. SSB propose en effet beaucoup de modes différents pour épicer vos parties, surtout grâce aux objets. Qui n’a jamais fait de partie « full pokéball » dans laquelle les petites balles tombent comme la pluie pendant la mousson ? Qui n’a jamais trépigné de joie devant l’anarchie que provoquent les parties en 300% ? Multiversus, lui, ne propose que de modifier le nombre de vies et le temps des parties. Comparativement, c’est un peu tristounet, surtout quand vous n’avez que les 5 personnages gratuits du moment à votre disposition. Et ce n’est pas la douzaine d’arènes (sans compter les différentes versions de chaque stage : 1v1, 2v2…) qui va donner l’avantage à Multiversus. Alors oui, on peut jouer jusqu’à 4, avec ou sans équipe, mais ça reste quand même très maigre pour le multijoueur local. Et pour le multijoueur en ligne, c’est plus ou moins la même chose, le mode classé n’étant pas encore disponible.

Bref, le jeu ressemble fort à SSB, mais là où ce dernier vise le fun entre amis, Multiversus semble favoriser le jeu à visée compétitive. C’est une bonne idée d’un point de vue concurrentiel car c’est un secteur que Big N ne considère pas, mais d’un point de vue multijoueur local… Eh bien on est devant un titre un peu pauvre en contenu. D’autant plus que ce mode ne permet pas de débloquer les autres personnages. Vous serez obligé de jouer en solo ou en coop en ligne pour accumuler les devises nécessaires à l’achat de personnages.

L’avis de Foine

J’adore Super Smash Bros. C’est un jeu qui m’accompagne depuis le collège. C’est une cour de récréation dans laquelle je m’amuse quoi que j’y fasse.
Multiversus avait donc fort à faire pour arriver à s’imposer pour moi.

Déjà, je note que, point de vue gameplay, le jeu semble plus lent qu’un Smash. Les coups et les personnages ont une inertie que je ne trouve pas très agréable. C’est probablement une habitude à prendre si on veut jouer au jeu et peut être existe-t-il une raison à cette latence dans les coups. Toujours est-il que c’est un petit frein pour moi.
Toutefois, le reste du jeu est “propre”. Tout semble bien réalisé et il y a quelques idées intéressantes. Par exemple, les divers états qui impactent les personnages (vulnérable, gelé) sont un ajout qui peut être cool.
J’ai quelques réserves vis à vis du système d’emblèmes qui permet de modifier les stats de votre personnage, car je ne sais pas si ça peut avantager les gros joueurs qui auraient débloqué plus d’emblèmes que les nouveaux. C’est une crainte qui est peut-être infondée.

Malheureusement pour Multiversus, je ne suis pas le joueur de Smash qu’il cible. Le jeu est clairement orienté compétitif, là où je ne cherche que le fun. Il est potentiellement bon et son modèle économique ne semble pas ressembler à du pay to win (à première vue, on ne peut acheter que du cosmétique). Ce n’est donc pas un mauvais jeu, mais ce n’est pas un jeu auquel j’ai spécialement envie de jouer.

L’avis de Eliwenn

Je ne suis pas une fan de Smash Bros. J’aborde les jeux de cette série de la même façon que les jeux de combat : en appuyant frénétiquement sur tous les boutons dans l’espoir de sortir un combo accidentellement. Donc quand Foine m’a proposé de jouer à Multiversus, j’avoue ne pas avoir été très emballée.

Free-to-play oblige, Multiversus est assez pauvre en contenu au départ. On a le choix entre 4 personnages, pas forcément les plus charismatiques, et c’est tout. Non, Sammy de Scoubidou n’était pas franchement le combattant de mes rêves.
Pourtant, je dois reconnaître que, dans les premiers instants, je me suis plutôt amusée. Ma technique d’appuis désordonnés m’a permis de mettre quelques bonnes patates à Foine (son perso, du moins) et j’ai même réussi à gagner plusieurs fois. Je pense que ce n’était jamais arrivé sur Smash Bros. Les coups sortent assez facilement et les actions de base sont assez puissantes pour s’amuser sans se prendre la tête.

Cet enthousiasme n’a toutefois pas duré, j’ai rapidement commencé à m’ennuyer. D’une part, jouer des personnages qu’on n’apprécie pas vraiment n’est pas très intéressant. Ensuite, les arènes sont assez basiques et pas franchement jolies. Enfin, les combats m’ont semblé assez lents et poussifs. L’ensemble m’a laissé une impression très mitigée. Mes quelques parties sur Smash m’avaient paru plus riches, notamment via la diversité des terrains, les objets, les personnages, les options configurables… Alors oui, Smash est un jeu payant et Multiversus est gratuit. Mais ce dernier est beaucoup trop limité pour être amusant.
Coup de grâce, l’obligation de jouer en solo pour débloquer de nouveaux éléments. On ne pourra même pas progresser ensemble dans le jeu ! Il faudra forcément que l’un des deux ait préparé le terrain en jouant en ligne auparavant pour étendre les possibilités en duo.

A choisir, je préfère donc clairement Smash, même si ce n’est pas mon truc à la base. Mais si vous êtes amateur de ce type de jeu et êtes un peu fauché, pourquoi pas, cela vous occupera peut-être une heure. Et puis c’est toujours un peu fun de lancer dans des combats improbables (Superman contre Gizmo, par exemple).

A lire aussi

Festival Steam des jeux de combat : le plein de jeux en coop locale !

Festival Steam des jeux de combat : le plein de jeux en coop locale !

Les sorties du split screen #2

Les sorties du split screen #2

De la coop locale jusqu’à 4 dans Teenage Mutant Ninja Turtles : Splintered Fate

De la coop locale jusqu’à 4 dans Teenage Mutant Ninja Turtles : Splintered Fate

Les sorties du split screen #1

Les sorties du split screen #1

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bienvenue sur Les Teammates !

Vous aimez jouer à deux ? Nous aussi !

Retrouvez nos tests de jeux de plateau en duo, ainsi que nos avis sur des jeux vidéo en multijoueur !

Nouvelle critique chaque lundi et jeudi à 18h.

Construisez votre propre table de jeux de société !

Vous avez toujours rêvé d'avoir une table de jeux de société mais votre budget est réduit ? Pas de problème ! Nous avons construit la nôtre nous-mêmes, avec nos maigres compétences en bricolage.

Retrouvez notre tuto ici !

Table de jeux de société maison

Nos coups de coeur

L’actu du JV en multijoueur local

À côté

Derniers commentaires