Descent : Voyages dans les Ténèbres à deux joueurs, ça fonctionne ?

Descent : Voyages dans les Ténèbres est un jeu de plateau dans le thème médiéval-fantastique. Il se joue de 2 à 5 joueurs, de façon asymétrique : l’un des joueurs endosse le rôle du Seigneur du Mal et les autres incarnent des aventuriers. Les deux factions poursuivent donc des objectifs différents et souvent opposés. Une première édition du titre est sortie en 2005 mais nous parlerons ici de la version que nous possédons, la seconde, sortie en 2012.

Chaque partie repose sur un scénario définissant différents objectifs et, surtout, une configuration de plateau particulière. En effet, la boîte comporte de nombreuses tuiles, imprimées différemment selon le recto ou le verso. Ces tuiles s’assemblent comme un puzzle et permettent ainsi de créer des environnements de jeu toujours nouveaux : forêts, donjons, clairières…

descent deux joueurs

Le matériel est consistant : des figurines en plastique représentent les héros et les principaux monstres. A cela s’associe une multitude de cartes pour aider les deux camps dans leur entreprise.  Le Seigneur du Mal dispose notamment d’un deck lui permettant d’entraver la progression des aventuriers ou de rendre ses monstres plus puissants. Bref, la boîte de ce Descent Seconde Edition est bien remplie. De plus, certains ennemis, représentés par de simples pions, peuvent s’acquérir en version figurine dans le commerce.

Le jeu vient avec un livret de 20 scénarios. Ceux-ci peuvent être joués indépendamment, à raison d’une à deux heures par partie, ou dans le cadre d’une campagne. Dans ce dernier cas, les scénarios se jouent à la suite, dans un ordre défini.
C’est sans doute dans ce mode que Descent : Voyages dans les Ténèbres est le plus intéressant. A l’issue de chaque scénario, les héros acquièrent de l’expérience pour obtenir de nouvelles capacités et de l’or pour s’offrir un équipement plus performant. Le Seigneur du Mal peut, quant à lui, utiliser l’XP gagnée pour ajouter de nouvelles cartes à son deck.
Au total, comptez une vingtaine d’heures pour venir à bout de la campagne, sachant qu’elle dispose d’une forte rejouabilité. En effet, vous ne parcourrez pas tous les scénarios en une seule fois. Celle-ci se joue en deux actes et les scénarios joués dans le second acte dépendront du camp ayant gagné le plus souvent dans le premier.

L’aspect jeu de rôle est très présent et les amateurs de RPG vidéoludiques ne seront pas dépaysés. Chaque héros dispose d’une capacité spéciale, d’un exploit héroïque utilisable une fois par partie et de quatre caractéristiques (perception, force, intelligence et volonté).  A cela s’ajoutent ses points de mouvement, son nombre de points de vie et d’endurance et le dé qu’il utilisera pour se défendre.

descent v2

D’ailleurs, les néophytes pourront être rebutés par le nombre de dés que compte Descent : certains servent à l’attaque, d’autres à la défense ou aux jets de compétences.

des-descent

Passons maintenant au vif du sujet : comment Descent Seconde Edition fonctionne-t-il à deux joueurs ? Hé bien c’est très simple : le premier joueur endosse le rôle du Seigneur du Mal tandis que l’autre incarne deux héros de son choix. Les règles ont été très bien conçues : la difficulté de chaque scénario, le nombre de monstres présents en jeu pour chaque partie et la quantité de bonus récupérables s’adaptent au nombre d’aventuriers. Chaque session est donc relativement bien équilibrée, même à deux joueurs.

Les deux camps ont chacun leurs propres objectifs à atteindre, dévoilés à la lecture du scénario en début de partie. Il n’y a donc aucune surprise ou rebondissement, contrairement à Andor par exemple. De la même façon, le titre se différencie nettement d’un JDR papier, où le Maître de Jeu dicte ses règles sans que les autres joueurs ne sachent à quoi ça s’attendre.
Globalement, l’aspect asymétrique du titre est bien adapté au jeu en duo. Que vous jouiez le Seigneur du Mal ou les héros, vous serez tout autant impliqué dans la partie. Vous connaîtrez une expérience de jeu tout à fait différente, certes, mais la difficulté est bien dosée et aucun d’entre vous ne se sentira lésé. Reste à déterminer si vous voulez être du côté des héros ou des forces du mal…

  • Pour 2 à 5 joueurs
  • Durée d’une partie : 1 à 2 heures
  • Prix : 70 euros

Crédits photo illustration : Ejsing sur muddycolors.blogspot.fr

L’avis de Eliwenn

Avant de craquer pour Descent : Voyages dans les Ténèbres, j’ai longuement hésité avec Claustrophobia, jeu de plateau du même type spécialement conçu pour deux joueurs. Ce qui a fait pencher la balance du côté de Descent est qu’il me paraissait bien plus riche, et je ne regrette pas du tout mon choix.

 

Nous n’avons fait que des parties de Descent v2 à deux joueurs et le plaisir a été présent à chaque fois. Les scénarios sont bien faits et le jeu est très immersif. Le fait de jouer sur un plateau toujours différent fait de chaque partie une véritable découverte et impose de mettre en place une stratégie toujours nouvelle. Un autre point positif à relever : le premier scénario est plutôt simple et fait office de didacticiel. Les règles s’apprennent donc tout en douceur, malgré l’apparente complexité du jeu.

 

Nous jouons actuellement uniquement en mode campagne. Je contrôle les deux héros et Foine le Seigneur du Mal. Et bien que certains scénarios m’aient semblé difficiles, je n’ai jamais ressenti de frustration au terme d’une partie, même après avoir été vaincue. Je n’ai jamais eu l’impression non plus de ne pas pouvoir gagner ou d’être face à un adversaire trop puissant.

 

En conclusion, le jeu à deux est très bien équilibré dans l’ensemble et chaque nouvelle partie est un véritable plaisir. Si vous cherchez un bon jeu d’exploration de donjons pour des parties à deux, n’hésitez plus et optez pour Descent : Voyages dans les Ténèbres. Certes, le prix est un peu élevé (70 euros contre 45 pour Claustophobia) mais le titre les vaut bien.

L’avis de Foine

Si Descent ressemble beaucoup à Andor dans son concept, les deux jeux sont fondamentalement différents dans leur approche du rythme.

Là où Andor se déroule sur plusieurs journées, les scénarios de Descent : Voyages dans les Ténèbres sont rythmés telles des scènes d’action. Et c’est en ça que je préfère ce titre à Andor : le rythme.

Chaque scénario est une course contre la montre. Un sprint dont on sait où est la ligne d’arrivée.

De plus, le fait de pouvoir jouer les deux camps est vraiment un plus. C’est comme avoir deux jeux en un. Les objectifs et possibilités sont totalement différents en fonction du rôle que l’on joue.

 

Bref, j’aime vraiment chaque partie de Descent que je fais et je ne peux que vous conseiller de l’essayer vous-aussi. Mais attention, l’essayer, c’est surement l’adopter !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *