Myrmes : quand les fourmis nous envahissent

Vous êtes fan de la saga “les fourmis” de Bernard Werber ? Vous commencez à vous lasser de Risk mais adorez les jeux de stratégie / conquête ? Vous tombez bien, aujourd’hui nous allons parler de Myrmes (prononcez “Myrmès”).

Myrmes vous met aux commandes d’une fourmilière que vous devrez faire prospérer durant 3 années. Malheureusement pour vous et heureusement pour l’intérêt du jeu, vous n’êtes pas le seul à vouloir avoir la plus belle des fourmilières et la guerre avec vos adversaires sera inévitable pour arracher la victoire.

L’évaluation de votre fourmilière se fait à l’aide d’un système de points de victoire. Celui qui en possède le plus à la fin des 3 années remporte la partie. Il y a plusieurs moyens de remporter ces points :

  • Étendre votre territoire,
  • Attaquer les territoires adverses,
  • Chasser des insectes,
  • Remplir des objectifs définis en début de partie.

Chaque année se décompose en saisons. Les trois premières (printemps, été et automne) sont des tours de jeu “classiques”. Elles vous permettent de développer votre fourmilière en créant ouvrières, soldats, nourrices ou larves. Chacun de ces types de fourmi vous permettra d’étendre votre domaine (à l’aide de phéromones), de faire des réserves de matières premières, de combattre les menaces extérieures ou d’améliorer votre fourmilière.

L’hiver est une phase d’entretien durant laquelle vous devrez dépenser la quasi-intégralité de votre réserve de nourriture pour ne pas perdre de points de victoire. La récolte de nourriture le reste de l’année est donc primordiale si vous souhaitez faire un gros score.

Évidemment, dit comme cela, ça semble simple, mais la gestion des ressources est plus complexe qu’il n’y parait à cause du peu de place disponible dans votre fourmilière. En effet, vous n’avez que 4 espaces pour stocker des réserves au début de la partie (extensible jusqu’à 6). Il y a 3 types de ressources dans le jeu (nourriture, terre et pierres).
Comme on l’a dit plus haut, l’hiver est rude et la majorité de votre stock devra contenir de la nourriture pour y résister. Il faudra donc jongler entre étendre sa fourmilière, attaquer l’adversaire, chasser des insectes et pouvoir résister à l’hiver pour être efficace. Un beau petit challenge en perspective.

Edit du 18/12/12 : Myrmes vient d’être élu Tric Trac d’Or ! Une preuve de sa qualité…

Nombre de joueurs : 2 à 4
Durée d’une partie : 60 à 120 minutes
Prix : 40 euros
Âge : 13+

L’avis de Eliwenn

Myrmes est un jeu de stratégie et de conquête original. Toutefois, je lui reproche sa trop grande complexité. La prise en main est assez laborieuse et on se sent perdu face aux nombreuses actions qui s’offrent à nous.

 

Même une fois les mécanismes intégrés, le jeu reste très frustrant. Il nous faut être partout : gérer ses ouvrières, ses naissances, ses ressources, protéger les environs de sa fourmilière contre les envahisseurs et conquérir des territoires. Il y a tant de choses à faire en si peu de temps que chaque tour nous soumet à des choix cornéliens. Il est donc indispensable de prévoir ses actions aux tours suivants et, surtout, ne pas oublier l’arrivée de l’hiver…

 

En résumé, Myrmes est un jeu riche, qui s’adresse définitivement aux joueurs confirmés aimant se casser la tête sur l’élaboration d’une stratégie. Personnellement, les contraintes trop nombreuses m’ont empêchée de profiter pleinement du titre.

L’avis de Foine

Myrmes est un bon jeu de stratégie. Comparé à un grand classique comme Risk, il a l’énorme avantage de ne pas reposer sur les lancés de dés, et donc sur la chance. En revanche, on ne peut pas se projeter dans l’univers d’une fourmilière comme on se projette dans une mappemonde. Malgré ce défaut, Myrmes se révèle assez profond et complet pour vous obliger à vous triturer le cerveau pour remporter la victoire, et c’est ça qu’on lui demande.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *